Mélissa Boulay, bijoutière joaillière hypersensible

C’est en 2019 que je découvre mon hypersensibilité.

J’avais un bon poste à Paris et il y eut un changement de responsable.
Quelques mois après son arrivée, les choses se gâtent, je ne suis pas bien et je n’arrive pas à comprendre pourquoi. 
Je me sens vide, la gorge nouée au travail et dépassée pour un rien. 

Durant cette période, je  suis suivie par un coach de vie et, au fil des séances, je découvre l’auto-sabotage, le mal à mettre des mots sur mes maux. Il me persuade de faire un test HPI chez un psychologue et c’est là que je découvre mon hypersensibilité.
Ce fut un réel soulagement, après toutes ces années à me poser mille et une questions, incomprisepas comme les autres, etc…. Et me dire que je n’ai pas de problème ! À moi d’en faire un atout. 

Je me documente donc sur l’hypersensibilité. 
Mon premier livre est « Itinéraire d’une hypersensible » de Charlotte Wils et je l’ai littéralement dévoré. À chaque chapitre, c’était un flashback sur ma vie, tout faisait sens et je compris enfin ce décalage. 
Mon second livre est“Ces gens qui ont peur d’avoir peur” de Elaine.N.Aron.

Je comprends alors beaucoup de choses : ce besoin d’être au calme, de m’éclipser lors de brouhaha dans une soirée et lorsqu’un proche est mal, je le ressens
Cette facilité à me mettre à la place de l’autre comme si j’avais déjà vécu ces situations, à sentir lorsque quelqu’un est honnête avec moi ou au contraire quand elle me ment, à me remettre sans cesse en question, à être émue face à la beauté d’un paysage ou faire des connexions improbables dans ma tête : la pensée en arborescence

Je compris alors que je suis en plein burn-out et pense être dépressive tant mes émotions sont en vrac.

La reconversion professionnelle 

Suite à cela, on m’encourage vivement pour une reconversion professionnelle. 
J’ai toujours voulu exercer un métier artistique, mais lequel ? Ma mère m’a transmis ses passions pour l’art et la photographie
Amoureuse de la nature et adorant la photo, je me dirige vers la photographie animalière. 

Je rencontre Adrien Favre, photographe animalier talentueux, humble et avec de chouettes valeurs. J’échange avec lui sur les coulisses de son métier. Je m’y voyais déjà ! Les yeux trempés en imaginant la rencontre avec un animal sauvage ! 

Mais après réflexion, je ne voyais que le côté magnifique du métier et pas forcément la réalité. Derrière une photo il y a parfois des heures ou des jours de planque. On est souvent seul à attendre et là mon côté trouillarde ressort. 

Je me remets donc en réflexion et je repense à mes débuts d’études. J’ai eu la chance de travailler dans une haute joaillerie à François 1er. J’étais fascinée par la beauté des bijoux présentés ; je trouvais ça complètement dingue que des petites mains créent d’aussi belles pièces et parfois si petites. Il y avait une sorte de mystère! J’ai été et suis encore fascinée par les pierres, une création de notre terre mère embellie par les mains des lapidaires

Ma reconversion se précise, je suis sûre de moi et je serai Artisane Bijoutière Joaillière !  
Au terme de deux ans de formation à la Haute École de Joaillerie à Paris, j’obtiens le CAP bijouterie et sertissage. 
En Mars 2020, je me lance dans la création du site, du logo, du dépôt de marque.. et ma première collection naît dans mon petit atelier à Courbevoie.
Perfectionniste, je souhaite que tout soit parfait avant le lancement et saute le pas en octobre 2021. 
Et quelle aventure ! D’autant plus que je suis maman depuis peu ! Il faut trouver le juste équilibre entre l’entrepreunariat et la vie de famille. Ce qui n’est pas toujours évident au début. 

Cette hypersensibilité me guide dans mes choix artistiques : l’architecture et la nature sont mes sources d’inspirations principales. Je fais beaucoup de dessins et les laisse de côté un moment. Puis quelques mois plus tard, je les regarde de nouveau, j’y apporte des modifications si nécessaire ou je me lance dans la création d’une maquette. J’écoute simplement mon instinct.

Aujourd’hui, mon hypersensibilité est un réel moteur dans la création de mes bijoux.  
Et je ne changerais pour rien au monde ce 6ème sens et ce choix de vie qui est en accord parfait avec ce que je suis.  

Je remercie du fond du cœur Charlotte pour ce livre qui m’a tant aidée et pour cette belle rencontre tout en simplicité lors de son atelier de théâtre pour hypersensibles en 2020.

 

Pour suivre ou contacter Mélissa Boulay : 

Instagram : @nayajewelry.fr  
Facebook :@nayajewelry.fr
Site internet : www.nayajewelry.fr 
E-mail : contact@nayajewelry.fr
Téléphone : 07 55 40 35 40 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Retour haut de page