Déconfinement

Le déconfinement quand on est hypersensible

Je souhaite commencer par dire M.E.R.C.I. , merci à toutes les personnes qui de près ou de loin ont contribué à sauver des vies ou à continuer à travailler pour que l’on puisse vivre. Je remercie évidemment toutes les personnes du corps médical, les médecins, les infirmiers, les aide-soignants, les pharmaciens et tout le personnel des EHPAD qui luttent contre le Covid 19.  Je remercie aussi les cuisiniers, techniciens de surface et les petites-mains, sans qui, les hôpitaux ne pourraient pas fonctionner. Je remercie également tous les éboueurs, les caissiers, les responsables de magasins alimentaires et ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre sans lesquels notre quotidien serait plus difficile encore. Avant le confinement j’accompagnais plusieurs personnes hypersensibles concernées par cet engagement et qui travaillent chaque jour pour nous tous. Je pense à elles et je leur témoigne mon plus grand respect et toute mon admiration.

Nous venons de passer plusieurs semaines confinés, chez soi ou chez un ami peut-être. Nous allons encore passer quelques jours durant lesquels nous devons #restezchezsoi. Nous sommes confinés seuls ou en famille selon les personnes. Nous avons pour certains passés des moments difficiles, horribles ou angoissants et pour d’autres, les choses ont été agréables, plaisantes ou voir même extraordinaires.

Beaucoup ont apprécié durant le confinement cette suspension du temps comme si tout s’arrêtait, ce silence, ce vide, comme si les villes étaient assoupies et que la nature reprenait sa place, de nombreux films circulent sur des animaux qui se promènent dans les rues.  Beaucoup ont goûté à cette vie au jour le jour, à cette opportunité à faire autre chose, autrement. Certaines personnes hypersensibles ont vu dans le confinement comme une occasion de se réinventer, d’apprendre à cuisiner, de faire autre chose, voir même de s’autoriser à de s’ennuyer, ce qui favorable à la créativité. Ou telle Emmanuelle Devos qui se confie à Libération et dit  «J’ai découvert que j’étais faite pour le confinement. Et que donc, probablement, je ne me déconfinerai pas ou le moins possible. En dehors de ma famille et de quelques amis, j’ai besoin de voir peu de gens. Je suis en train de virer drastiquement anti-consumériste.  J’avais développé des prémisses de cette tendance « no conso » auparavant, mais je ne les aurais peut-être pas développées à ce point ».  Pour d’autres, des idées de Nouveau Monde ont émergées avec l’espoir qu’il y aura un avant et un après le confinement, qu’une prise de conscience sur ce qui est essentiel dans la vie soit faite et que plus rien ne sera comme avant.

Certaines personnes hypersensibles attendent avec impatiences ce déconfinement. Elles aspirent aller retrouver leurs ami(e)s, leurs familles, leurs amoureux(se). Elles rêvent de retourner voir la nature en se promenant dans de grands espaces arborés, fleuris, ouverts et aérés. Elles s’impatientent de se remettent en activité pour mettre sur pied tous leurs projets, leurs idées qui ont émergé durant ce confinement. Certaines personnes hypersensibles ont besoin de relations sociales et de retourner dans des lieux publics, de retourner faire de la photo en extérieur. Qu’elles soient confinées seules, en couple, ou en famille, certaines personnes hypersensibles sont empressées de travailler à nouveau, de sortir prendre un verre en terrasse, de manger au restaurant, de se balader, de marcher, de courir, de faire du sport en extérieur, de faire une activité physique, de partir en voyage ou tout simplement de sortir, sortir du confinement. Elles se sentent privées de leur liberté en confinement.

Certains ont peut-être été malades, ont eu un ou plusieurs proches qui ont été contaminés par la maladie. D’autres ont peut-être perdu un voisin, un ami, un collègue, un frère, une sœur, un parent ou un conjoint. Le souvenir de cette période sans précédent restera pour chacun gravé dans nos mémoires. Cette suspension va néanmoins bientôt prendre fin.

Cette vie sous cloche, ce temps de confinement va probablement s’arrêter le 11 mai prochain. Il va se faire en plusieurs phases selon les niveaux scolaires, les régions, les départements ou même selon les activités professionnelles. Les déplacements et les regroupements resteront très limités jusqu’à nouvel ordre.

Seulement pour d’autres personnes hypersensibles, le déconfinement peut véritablement être une source de stress. L’idée même que l’épidémie n’est pas encore véritablement terminée, qu’elles devront porter des masques, des gants, faire encore les gestes barrières, peut, pour elles, être une source de stress. Ce qui peut être plus angoissant encore pour certaines personnes hypersensibles c’est de retrouver le bruit, l’agitation dans les rues et dans les commerces, la foule et les mauvaises odeurs dans les transports, la précipitation dans les magasins, les maladresses de certaines personnes qui ne font pas attention aux autres. Le stress et l’angoisse de retourner travailler dans ces conditions, de laisser les enfants dans les écoles sans savoir vraiment encore comment cela va se passer. Est-ce que nos enfants hypersensibles vont savoir eux aussi gérer la situation ? Nos enfants à l’école avec des masques. Il y a véritablement tout un tas d’éléments qui si l’on regarde bien peuvent véritablement générer le stress et l’angoisse.

Rassurez-vous, c’est normal d’avoir peur, c’est normal d’être stressé et d’appréhender cette reprise dans les circonstances que l’on connaît. C’est normal d’être inquiet pour soi-même et  ceux que l’on aime. C’est normal d’être en panique dans ce contexte dans lequel nous nous sentons tellement impuissants. C’est normal.

Afin de vous préparer au déconfinement, je voudrais vous proposer quelques petites choses simples que vous pouvez essayer de mettre en place :

  • Organisez votre déconfinement
  • Préparez-vous dès aujourd’hui à sortir davantage
  • Sortez un peu plus souvent de chez vous tout, en respectant les règles d’autorisation
  • Remettez le nez dehors un tout petit peu plus chaque jour
  • Sortez du silence total
  • Remettez du son dans votre environnement, écouter de la musique, des émissions
  • Réinvestissez votre environnement professionnel à l’avance par la pensée un petit peu chaque jour
  • Reprenez contact avec vos collègues
  • Demandez-vous comment cela va se passer
  • Choisissez un masque que vous aimez et qui vous plaît
  • Trouver des gants confortables et à votre taille
  • Poser des questions
  • Trouver les réponses
  • Pensez à toutes les choses qui vous font plaisir que vous allez pouvoir faire

Voilà un programme qui peut vous aider à préparer ce déconfinement le mieux possible.

Tout est sans précédent jusqu’à ce que cela arrive pour la première fois. C’est effectivement une première, aussi vous préparer est un entraînement qui vous permet de travailler sur votre flexibilité, votre légèreté, votre agilité. Suivez le courant, regardez, observez, nous sommes tous dans le même bateau. Vous n’êtes pas seul(e). Parlez-en autour de vous. Nous sommes nombreux dans cette situation. Vivez un jour à la fois. Faites les choses les unes après les autres sans vous projeter trop loin en avant. Ce déconfinement est une réelle occasion de changer nos habitudes. Tachons simplement de se préparer au mieux à l’après en toute quiétude.

Bon courage à toutes et tous.

1 réflexion sur “Le déconfinement quand on est hypersensible”

  1. Bonjour,
    Je me suis inscrit donc à votre Newsletter pour mieux comprendre votre adn. Pendant le confinement, j’ai lu votre biographie et vous m’avez mis des mots sur mes maux.
    Je ne sais pas si c’est du 100% mais trop de singularités font que le hasard une fois de plus n’existe pas.
    Si vous pouvez à distance me donner raison ou pas. Je suis à votre disposition.
    Bien cordialement.
    Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page

Déménagement temporaire

En raison de travaux de structure dans l’immeuble du Centre de l’Hypersensibilité,

le cabinet déménage à partir du 3 septembre jusqu’au 31 décembre 2020

au 9, rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris