Les hypersensibles et l’obligation du port du masque

La généralisation de l’obligation de porter le masque dans les grandes agglomérations se répand de plus en plus.

Quelles sont les répercussions émotionnelles pour les personnes hypersensibles ?

Les personnes hypersensibles ont toujours plutôt facilement respecté les gestes barrières comme la distanciation, le lavage des mains, le gel hydroalcoolique. Jusque-là toutes les mesures demandées pour se protéger et pour protéger les autres de la contagion du virus étaient des pratiques qui finalement s’accordaient assez bien avec le mode de vie des personnes hypersensibles. Puis, le quotidien a quelque peu changé avec moins de monde au bureau, dans les lieux publics, moins d’agitation dans les rues, des gens qui ne nous collent plus dans les files d’attente et plus de télétravail. Après le confinement, tout semblait être fait pour plus d’aisance pour les personnes hypersensibles. Tout en restant parfaitement respectueux et conscient des dégâts humains et/ou économiques que cela a généré pour certains, le fait que les personnes hypersensibles n’aiment généralement pas qu’on les touche, la proximité et la foule, toutes et tous s’accordaient à dire que le confinement et les gestes barrières loin d’être un problème, ont été bénéfiques, appréciables et facile à respecter pour les personnes hypersensibles.     

Seulement concernant le port du masque, c’est quelque peu différent. Beaucoup de personnes hypersensibles portent le masque parce qu’il y a maintenant une obligation de le porter qui se généralise, mais peu apprécient de le porter. Généralement peu sujet à la psychose du virus, c’est davantage la sensation de ne pas pouvoir respirer, de gêne, de chaleur et de ne plus pouvoir voir les visages ou les émotions des autres sous les masques qui rend cette nouvelle obligation extrêmement désagréable. Certes, le regard parle toujours au-dessus du masque, mais les expressions du visage manquent souvent dans l’échange. Nous savons que les personnes hypersensibles sont sensibles au langage non verbal et peuvent lire une personne en regardant l’expression de son visage.

Par ailleurs, les personnes hypersensibles ont souvent eu des difficultés avec les règles et les autorités. Pour pouvoir respecter les règles, les personnes hypersensibles ont besoin qu’elles soient légitimes et qu’elles aient un sens, or à ce stade du virus, les hypersensibles ne voient pas pourquoi au plus fort du virus avant le confinement on le disait inutile et qu’aujourd’hui alors qu’il y a de moins en moins d’hospitalisation et de morts, il est obligatoire. Les règles illogiques et incomprises et donnent surtout aux hypersensibles envie de les braver.  

Avec le masque, non seulement nous ne pouvons plus exprimer nos émotions ou voir le visage des gens, mais c’est le port du masque qui devient anxiogène bien plus que le virus lui-même. Vivre dans une ville dont les rues sont avec parsemés de personnes qui portent un masque, ne se parlent plus parce que de toute façon on ne comprend généralement rien de ce que l’autre nous dit, où les gens ont tous le même visage « masqué » et austère, puisqu’on ne se parle plus, dans des rues silencieuses et loin les uns des autres. Nous ne sommes pas très loin du clip The Wall de Pink Floyd» [1] où nous allons tous être broyés.

Pourtant loin des personnes hypersensibles l’idée de défier cette règle sanitaire importante et sérieuse dans une ambiance déjà très anxiogène et tendue. En plus de l’incompréhension, c’est surtout une sensation de porter une muselière qui empêche de s’exprimer, de dire, de parler, de respirer et de se sentir en toute liberté.

Plus qu’une question sanitaire, c’est une sensation d’un devoir d’obéissance, d’asservissement et de privation de liberté qui chagrine les hypersensibles qui pour ne pas avoir de conflit portent le masque, mais n’en pensent pas moins.

2 réflexions sur “Les hypersensibles et l’obligation du port du masque”

  1. Merci Charlotte de mettre des mots sur ce ressenti aujourd’hui quotidien. Manque d’air, manque de liberté, manque d’expression… et manque de sens font que le port du masque est difficile pour moi. Votre article résume très bien tout cela.

  2. Personnellement, c’est plus le manque d’interaction émotionnelle via les expressions du visage, l’incompréhension quand l’autre parle et cette uniformisation des visages masquées qui me perturbent. J’ai moins de difficultés avec le fait de respecter la règle. Mais merci d’avoir mis des mots sur mes sensations!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page

Déménagement temporaire

En raison de travaux de structure dans l’immeuble du Centre de l’Hypersensibilité,

le cabinet déménage à partir du 3 septembre jusqu’au 31 décembre 2020

au 9, rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris