Hypersensibilité et Empathie

Hypersensibilité et Empathie

L’empathie est la toute première caractéristique que possèdent les personnes hypersensibles qui les déterminent et les distinguent.

« L’empathie est la faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. » 

Nous dit la définition du Larousse.

Il est cependant nécessaire de ne pas confondre empathie et sympathie ou empathie et compassion. L’empathie est la capacité de sentir « ce que l’autre ressent » ou « sent » alors que la sympathie est une capacité d’être agréable à l’autre et la compassion est la capacité de souffrir avec l’autre.

 
Dans l’empathie il n’y a pas d’intention, il n’y a pas de volonté ni de décision, on l’est ou on ne l’est pas, cela ne se programme pas, cela ne se décide pas, c’est comme cela, on naît avec. Certaines personnes peuvent le devenir plus ou moins avec certains évènements de la vie ou certaines difficultés rencontrées sur leur chemin qui fait que le cœur s’ouvre. L’empathie est une ouverture spontanée du cœur.
On peut distinguer deux types d’empathie que possèdent généralement les personnes hypersensibles : l’empathie émotionnelle et l’empathie cognitive.
 
L’empathie émotionnelle est véritablement une grande et belle qualité humaine. On dit aussi souvent des gens empathiques qu’ils sont comme « des éponges ». L’image est juste, lorsque vous mettez une éponge dans un liquide, l’éponge va absorber le liquide et contenir ensuite plus de liquide que d’éponge. C’est précisément cela qu’il se passe pour un hypersensible, les personnes empathiques hypersensibles sont capables de sentir, ressentir ce que ressent ou sent une personne en face d’elle et de contenir plus de sentiments et d’émotions de l’autre que de ses propres sentiments ou émotions qu’il avait initialement. Cela se produit également lorsqu’il arrive quelque part pour l’énergie d’un lieu, l’ambiance d’une fête, ou l’énergie d’une entreprise ou d’une société.
 
Savoir se mettre à la place d’autrui n’est pas donné à tout le monde et cette qualité prédominante chez les hypersensibles peut-être un réel atout dans de nombreuses situations, dans plusieurs corps de métiers, dans certaines relations. Néanmoins pour la personne hypersensible, cette grande et belle qualité, cette qualité qui devrait être un atout revêt souvent quelques inconvenants, quelques désavantages, voire même quelques désagréments. Cette empathie qui devrait être perçue par les hypersensibles comme une chance ou une ressource est très souvent vue comme un inconvénient, une imperfection, un défaut.
 
Pour une personne hypersensible, « se mettre à la place d’autrui » est quelque chose qu’elle fait de manière spontanée, naturelle et de manière parfaitement involontaire, inconsciente. Cette capacité de « se mettre à la place d’autrui » permet de partager, ressentir et comprendre ce que l’autre ressent, cela permet de créer des liens profonds avec l’autre, cela permet aussi d’avoir une relation authentique avec son semblable, cela permet une véritable proximité dans ses relations amicales et cela permet aussi parfois de se passer d’explications ou de mots dans une relation intime. La personne hypersensible à travers ses différents sens, l’ouïe, la vue, l’odorat, mais avant tout grâce à sa perception émotionnelle va ressentir ce que ressent l’autre, sans même parfois avoir recours à la parole. Tel un caméléon, elle devient l’autre, prend sa couleur.
 

L’empathie cognitive est la capacité de comprendre l’autre, de comprendre ses idées, ses passions, ses amours, ses colères, ses croyances, ses limites, ses peurs, l’hypersensible possède généralement cette capacité de comprendre, de voir, de percevoir l’autre, de pénétrer dans son univers. Cela ne veut pas dire qu’au départ il est en accord avec ce que l’autre dit ou fait, cela ne veut pas dire qu’il accepte l’opinion de l’autre, mais cela veut simplement dire qu’il a la capacité de se mettre à la place de l’autre dans ses pensées, ses idées, son point de vue.

Seulement cette merveilleuse qualité présente certaines difficultés. La première difficulté que rencontrent les personnes hypersensibles est que puisque c’est quelque chose qu’elles possèdent généralement depuis la naissance, elles s’imaginent très souvent que tout le monde en est pourvu, c’est-à-dire que tout le monde possède cette grande ouverture de cœur. Elles s’imaginent que tout le monde sent ou ressent ce qu’elle ressent. Et bien souvent dès la petite enfance, dans l’enfance ou dans l’adolescence et même encore à la vie adulte, les personnes hypersensibles ne comprennent pas certains comportements ou certaines réactions de leurs proches, de leurs camarades ou ami(e)s dans différentes situations. Cela peut provenir de l’environnement familial dès l’enfance, à l’école ou même encore dans la vie professionnelle à l’âge adulte.
 
La deuxième difficulté que rencontrent les personnes hypersensibles est aussi que, puisqu’elles naissent avec, elles ne se rendent bien souvent pas compte que les émotions qu’elles ressentent dans certaines situations ne leur appartiennent pas, mais appartiennent soit à la personne avec laquelle elles sont en relation soit à une ambiance générale d’un lieu ou d’un groupe de gens dans lequel elles se trouvent. C’est ce qui se passe en général lorsqu’une personne hypersensible est en société et qu’il y a beaucoup de monde et trop de stimuli et c’est notamment cela qui la fatigue beaucoup et très rapidement.
 
La troisième difficulté que rencontrent les personnes hypersensibles avec leur hypersensibilité et notamment avec l’empathie est que généralement elles ressentent beaucoup d’émotions en nombre, mais aussi en intensité. Si un hypersensible se trouve dans un lieu public tel un grand magasin commercial un samedi après midi par exemple, dans un salon professionnel plein à craquer de ou dans une exposition bondée, l’hypersensible va ressentir les émotions, les humeurs de nombreuses personnes qu’il va croiser, avec lesquels il va être en relation, en interaction, mais il va recevoir l’intensité et toute la force de toutes ces émotions contre lesquels il va devoir lutter parfois sans s’en rendre compte et qui va l’épuiser. Il va recevoir l’énervement que l’on peut rencontrer dans ces univers, l’agacement de certaines personnes, l’impatience que d’autres ressentent et parfois la colère. C’est une des raisons pour lesquelles l’hypersensible n’est généralement pas naturellement attiré par les espaces publics la foule, le monde, une population dense et compacte, mais à naturellement une préférence pour les grands espaces et la nature.
 
La quatrième difficulté que rencontrent les personnes hypersensibles et la plus grande est que très fréquemment, dans les émotions qu’elles ressentent, elles ne font pas la différence entre leurs propres émotions et les émotions qu’elles perçoivent des autres. Elles captent les émotions et les ressentis des autres et se les approprient inconsciemment jusqu’à avoir l’impression que ces émotions ou ces ressentis sont siennes sans savoir d’où elles proviennent. Il s’agit souvent d’émotions de mal-être, de tristesse, d’angoisse ou de stress venant essentiellement d’une écoute attentive et bienveillante de la part de l’hypersensible, mais qui finissent par « se mettre à la place de l’autre » et absorber, telle une éponge son stress, son angoisse ou son mal-être. La personne hypersensible absorbe aussi la joie, le bonheur, l’humour, et le rire lorsqu’il se présente c’est la raison pour laquelle, il est important pour elle de choisir des environnements favorables.
 
Et la dernière difficulté que rencontrent souvent les personnes hypersensibles est en lien avec l’empathie cognitive. Cette difficulté est que bien souvent l’hypersensible qui a peut-être au départ un point de vue différent de l’autre, une idée différente de l’autre, des intérêts différents de l’autre peut finalement se retrouver à adhérer, accepter et se plier aux points de vue, aux jugements, aux idées, à la position de l’autre par simple compréhension de l’autre. Il se trouve parfois à rejoindre l’avis de l’autre, même si ce n’est pas dans son intérêt, mais simplement par empathie et compréhension du positionnement de l’autre, parce qu’il se met à sa place, parce qu’il le comprend et qu’il veut tout simplement éviter une confrontation, un conflit ou une simple opposition inutile qui pourrait nuire à leur relation. Il s’ajuste à l’autre, parce que pour lui avoir raison n’a pas beaucoup d’importance et que le plus important est la qualité de la relation. Il se surprend alors souvent tardivement dans des situations désagréables qui le contraignent et dont il ne sait plus comment se sortir.
 
Le travail que l’on va faire ensemble sera donc de regarder une situation, un évènement de son point de vue et non pas du point de vue de l’autre, de prendre conscience que des émotions et des ressentis qui lui appartiennent et ceux qui ne lui appartiennent pas, de choisir des environnements adaptés et favorables et bienveillants, de rester dans ses propres baskets et non pas dans les baskets de l’autre et de prendre conscience que nous n’avons pas tous, le même degré d’empathie et qu’il est inutile parfois d’attendre de l’eau d’un puits à sec.
L’empathie est donc une qualité naturelle innée que possède un hypersensible, mais qu’il est parfois nécessaire de réajuster pour en percevoir tous les réels avantages.
 
« C’est seulement dans l’effacement de soi que l’on peut, par empathie, percevoir la réalité de l’autre » 
Jean-Pierre Otte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page