Rencontre avec Natacha CALESTREME

RENCONTRE AVEC…

Une série de rencontres autour de l’hypersensibilité, de femmes et d’hommes qui ont appris à l’apprivoiser pour en faire une ressource. Loin d’être une faiblesse, l’hypersensibilité peut être une force, capable de déplacer les montagnes. C’est justement parce que nous sommes hypersensibles que tout devient possible. 

RENCONTRE AVEC NATACHA CALESTREME

Journaliste, réalisatrice, auteure

Quand et comment avez-vous découvert votre hypersensibilité ?

J’ai découvert mon hypersensibilité, il y a longtemps. Depuis toujours, dès que je regarde un film, je suis gagnée par l’émotion des personnages. On pleure dans le film, je pleure. Et si quelqu’un rit, je ris. J’ai toujours eu l’impression d’être un papier buvard triple-couche : hypersensible ! Et comme j’ai une sœur jumelle qui ne l’est pas, j’ai vite compris que j’étais différente, que j’avais une autre perception du monde. J’ai considéré que c’était une force, une singularité qui m’apportait une lecture du monde différente. Cela n’a jamais été une faiblesse.

Comment se manifeste votre hypersensibilité ?

Comme j’ai une empathie très forte, j’ai besoin de me protéger pour ne pas me laisser gagner par l’émotion des autres. Dès que je suis face à quelqu’un, j’ai mon mental qui galope à côté de leur douleur. Je vis toutes les situations comme si c’était moi qui les vivais, qu’elles soient racontées par une personne, un film ou un livre. En fait, j’ai l’impression de vivre une autre vie quand je regarde un film, je lis un livre ou que j’écoute quelqu’un.

Je suis aussi très sensible à la nature. Je peux tomber en pâmoison devant une fleur. Chaque végétal, chaque brin d’herbe me parle. Quand je suis au milieu de la nature c’est comme si elle m’envoyait un poème. Je poste souvent des photos de fleurs sur les réseaux sociaux. Par exemple, je découvre une petite fleur rouge au milieu d’un champ et j’aime imaginer que la nature aussi, aime porter des bijoux.

Je suis hypersensible et en même temps, j’ai une certaine force de caractère. Je suis « un bourrin hypersensible ». Avant, j’avais tendance à me dire « j’ai pas mal, j’ai pas mal » et je continuais à avancer sans me rendre compte que je souffrais. J’ai appris à m’écouter suite à une accumulation d’épreuves.

En 2011, j’ai en effet commencé à avoir des problèmes familiaux, puis ma sœur est morte. Peu après, je n’avais plus de boulot et j’ai fini terrassée par une double hernie discale. Je ne pouvais plus bouger alors que ma nature est de courir non-stop. J’étais au fond du trou et tous les domaines de ma vie s’étaient effondrés. Je pleurais tous les jours, en état dépressif. Un médecin m’a donné des médicaments pour soigner ma double hernie… sans résultats. Que faire ? Je me suis souvenue que j’avais interviewé des chamans, des guérisseurs et des énergéticiens pour la télévision, ils m’avaient confié leurs techniques. Je les ai mises en pratiques sans vraiment y croire. Toute ma vie a changé en moins d’un an. Plus de douleurs, plus de problèmes. J’ai cru à un coup de chance. Et bizarrement, des proches et des moins proches – sans savoir ce que j’avais fait – se sont mis à faire appel à moi, à me demander de l’aide. J’ai alors transformé les rituels chamaniques en protocoles et je les leur ai partagés. Et ça a marché pour eux aussi !

J’ai donc commencé à animer des ateliers pour partager ces protocoles. Et à ma grande surprise, le corps médical est venu, médecins, psychologues, psychiatres… Certains m’ont même envoyé des patients. Je devais partager ces pratiques auprès du plus grand nombre, c’est pour cette raison que j’ai écrit La clé de votre énergie.

Finalement, c’est grâce à mon hypersensibilité, à toutes ces épreuves et à ces protocoles que j’ai pu sublimer ma vie.

Qu’est-ce que ça a changé dans votre vie de vous savoir hypersensible ?

Cela m’a poussé à me poser des questions sur l’origine de mon hypersensibilité. Pourquoi moi et pas ma sœur, par exemple ? Il me semble que l’hypersensibilité s’explique par la présence de certains fardeaux émotionnels qui se répliquent au fil des générations. Tout le monde n’hérite pas du même patrimoine. Je crois que les hypersensibles ont dans leur lignée plusieurs personnes très sensibles qui n’ont pas pu s’exprimer comme elles le souhaitaient. Qui ont été muselées, d’une certaine manière. En nettoyant les liens de souffrance (protocole 7) avec ces personnes, notre hypersensibilité cesse de nous terrasser et devient un super pouvoir. Notre mission d’âme est de nous libérer de ces fardeaux.

Aujourd’hui je suis fière d’être hypersensible, je vois tout ce que cela m’apporte en plus. C’est comme si j’avais un super pouvoir et une pleine boîte à outils qui me permette d’avancer. Quand je vis une épreuve, je le ressens tout de suite mais cela ne me terrasse plus. Je cherche la manière dont je le vis, par exemple avec de l’injustice, puis je trouve qui dans ma famille (vivant ou mort) a vécu de l’injustice, et hop, je fais un protocole pour m’en libérer.

Les outils, les clés qui vous permettent d’apprivoiser votre hypersensibilité au quotidien ?

J’ai besoin de la nature. Elle m’apaise, m’inspire et me remplit. Regarder une fleur, un arbre permet de me remplir de bonnes ondes. C’est comme une méditation pour moi. Il y a aussi trois ou quatre outils que j’utilise très régulièrement et qui fonctionnent très bien sur moi et sur d’autres personnes d’après les témoignages que je reçois.

Le premier c’est la bulle de lumière. Il suffit d’imaginer une bulle de lumière irisée et or autour de soi et de dire : « Que toutes les énergies négatives et pensées négatives qui ne m’appartiennent pas s’écartent de cette bulle, que toutes les pensées négatives et énergies négatives qui m’appartiennent sortent de cette bulle ». C’est une hygiène de vie qui éloigne les mauvaises ondes et qui permet de se protéger d’une vampirisation émotionnelle. A faire chaque fois qu’on en ressent le besoin.

Le deuxième est un enracinement (protocole 14). Il est idéal pour éviter de se faire gagner par les émotions des autres. Cette mise au neutre, les deux pieds bien posés par terre, est un puissant régulateur émotionnel. Quand je ne le fais pas, mon mental est un petit vélo qui tourne à 200km/h avec les émotions des autres pour carburant.

Le troisième outil que j’utilise est le protocole de nettoyage des liens de souffrance. Quand je sens une tristesse ou des idées noires, je cherche qui a pu vivre cette émotion ou cette tristesse parmi les membres de ma famille. Dès que je les ai identifiés, je fais le protocole 7 qui nettoie les liens émotionnels. Ces boulets émotionnels qui ne nous appartiennent pas, quand on s’en déleste, on vit les choses avec plus de légèreté.

Le dernier outil que j’utilise avant chaque rendez-vous important, est l’appel à mes guides invisibles. Peu importe le nom qu’on leur donne, c’est une énergie qui est plus grande que nous et qui nous permet de sortir de notre égo. Quelle joie quand on est hypersensible de ne plus jamais se sentir seul.e !

Quelles portes se sont ouvertes grâce à votre hypersensibilité ?

Grâce à mon hypersensibilité, mon intuition a été décuplée et je m’en suis servie pour réaliser mes 31 films documentaires et écrire mes romans. J’ai tout partagé dans La clé de votre énergie.

En acceptant mon hypersensibilité comme une force, des « antennes » en quelque sorte, je me suis connectée à mon environnement, différemment. Cela m’a offert une autre lecture du monde. 11 mois avant que cela n’arrive, j’ai compris que les abeilles étaient en danger. J’ai été la première à pourvoir proposer un film sur leur mortalité. J’ai remis le manuscrit de mon roman « Les blessures du silence » (dédié au harcèlement conjugal) à mon éditeur, 4 mois avant que l’affaire Weinstein (harcèlement sexuel) n’éclate.

En mars 2020 j’ai cherché à comprendre qu’elle était la bonne attitude face au Covid. Il y avait « Co » qui m’a fait penser à COhésion, COllaboration et « vid » : au vide. La nature a horreur du vide. Et si je faisais le VIDE en moi pour laisser la nature le remplir d’une COllaboration que je n’attends pas ? J’ai fait une vraie pause d’une semaine en me reliant à la nature. Une personne qui avait suivi mon atelier m’a alors proposé de traduire gratuitement La clé de votre énergie en espagnol. Mon éditeur n’avait jamais vu ça!

Vos plus grandes fiertés d’hypersensible ?

Ma plus grande fierté est d’avoir fait de l’hypersensibilité une force et une alliée. Elle ne m’a jamais empêché de vivre, d’aller faire des reportages au bout de monde pour filmer les guépards, les chauves-souris, les crocodiles, de vivre d’immenses joies et de surmonter d’immenses peines. Etre hypersensible, ce n’est pas être faible, au contraire. Mon hypersensibilité me permet d’avancer chaque jour en étant consciente du monde qui m’entoure et en étant en phase avec lui.

Je suis de nature optimiste et je vois l’hypersensibilité comme une chance et comme un formidable espoir de voir et faire les choses autrement. Selon moi, les personnes hypersensibles représentent le futur. Elles sont en avance sur leur temps. On voit bien aujourd’hui qu’on ne maîtrise plus rien. Et nous hypersensibles, nous avons la chance d’avoir une loupe sur le monde et d’être en mesure d’accompagner le changement. Le monde a besoin de nous.

3 conseils aux hypersensibles

  1. Croyez en vous et en votre hyper pouvoir. Vous pouvez sentir l’invisible et vous connecter à plus grand que vous. Vous n’êtes pas seul.e.s
  2. Travaillez sur vos idées noires et pensées limitantes en nettoyant votre énergie (bulle de lumière).
  3. Libérez-vous des fardeaux émotionnels de votre famille pour vous sentir plus léger et vous avancerez plus vite et plus loin.

Extraits choisis

Regarder une fleur, un arbre permet de me remplir de bonnes ondes. C’est comme une méditation pour moi.

J’ai besoin de bien m’enraciner pour ne pas me faire gagner par les émotions des autres.

Il me semble que l’hypersensibilité s’explique par la présence de certains fardeaux émotionnels qui se répliquent au fil des générations. Notre mission d’âme est de nous libérer de ces fardeaux.

Je suis de nature optimiste et je vois l’hypersensibilité comme une chance et comme un formidable espoir de voir et faire les choses autrement. Selon moi, les personnes hypersensibles représentent le futur.

Quelques conseils de lecture

Pour ceux qui aiment les vidéos, je propose celle-ci en lien avec la manière de gérer les personnes compliquées.

Mais surtout celle-ci où on voit bien que je suis hypersensible (hahaha) et où je propose plusieurs techniques pour être en harmonie avec ce monde.

En lecture, « Suis-je hypersensible » de Fabrice Midal est un incontournable.

Propos recueillis par Isabelle Toutain @isatoutain 

Photo de ©Stéphane Allix @allix.stephane

Merci infiniment à Isabelle Toutain et à Natacha Calestreme pour ce RENCONTRE AVEC intense et puissant.

Retrouvez Natacha Calestreme sur @natachacalestreme

1 réflexion sur “Rencontre avec Natacha CALESTREME”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page

COVID-19 : Information

Je vous informe que je continue mes séances en cabinet ou à distance (Skype).

Vos rendez-vous à venir sont maintenus. Si vous souhaitez un rendez-vous, vous pouvez le prendre directement via le formulaire « Calendly » ou me contacter via le formulaire.