Hypersensibilité et blessures émotionnelles

L’hypersensibilité concerne en moyenne 30% de la population et se reconnaître en tant qu’hypersensible peut parfois être délicat. Les informations sont multiples et il n’est pas toujours aisé de bien comprendre ou percevoir précisément de quoi résulte l’hypersensibilité.

Depuis quelque temps, la notion de l’hypersensibilité est un sujet fréquemment évoqué par de nombreuses personnes, sur les réseaux sociaux, dans la presse, à la radio etc…, ce qui est formidable puisque l’hypersensibilité gagne à être reconnue. On commence de plus en plus à la reconnaître, l’accepter et même à la valoriser, mais certains la perçoive encore de manière extrêmement désastreuse, désavantageuse, limitante, voire même néfaste.

Aussi, mes observations ont continué de faire évoluer ma perception et il y a une nuance que j’aimerai partager, c’est celle de la distinction entre l’hypersensibilité et les blessures émotionnelles.

En effet, il peut parfois y avoir une confusion entre les caractéristiques de l’hypersensibilité et les caractéristiques ou les symptômes des blessures. et selon moi, l’hypersensibilité est trop souvent confondue avec les blessures émotionnelles, ce qui donne une image erronée de l’hypersensibilité. C’est la raison pour laquelle je voudrai reformuler ce qu’est pour moi l’hypersensibilité́.

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

L’hypersensibilité est essentiellement une capacité accrue à percevoir les informations sensorielles, cognitives et intuitives. Et cette disposition accrue, comme toute prédisposition, peut devenir un désavantage lorsqu’on connaît peu ou mal le fonctionnement ou que l’on en tient pas compte dans son quotidien que ce soit dans les relations intimes, sociales ou professionnelles.

L’hypersensibilité se caractérise par une réactivité intense aux stimulus sensoriels, un fonctionnement cognitif en profondeur et une perception intuitive renforcée. Les personnes hypersensibles peuvent incontestablement percevoir et réagir de manière plus intense aux situations, aux émotions des autres, aux stimulations sensorielles ou cognitives et cette sensibilité peut influencer la façon dont les individus traitent et réagissent aux expériences. Les personnes hypersensibles se sentent souvent en décalage, peuvent avoir une hypervigilance et une tendance à l’anticipation.

Aussi, Il est important de noter que l’hypersensibilité n’est pas nécessairement un aspect négatif. Elle peut apporter des qualités positives, telles que la créativité, l’empathie, une sensibilité à l’harmonie, à la beauté et une profonde appréciation des expériences et des êtres.

 
Qu’est-ce que les blessures émotionnelles ?

Les blessures émotionnelles, blessures de l’être ou blessures de l’âme quant à elles sont au nombre de cinq :

  • Le rejet,
  • L’abandon,
  • L’humiliation,
  • La trahison
  • L’injustice.

La notion de blessures de l’être a d’abord été exposée par Jonh Pierrakos, psychiatre américain. Le concept de blessures de l’âme a ensuite été repris et développé par Lise Bourbeau, thérapeute originaire du Canada.

Selon Lise Bourbeau, nous naissons tous avec une ou plusieurs de ces blessures, mais ces blessures sont vécues à des degrés différents selon les personnes. Et toujours, selon Lise Bourbeau, ces blessures ont été créées dans une vie précédente et sont toujours présentes, car elles n’ont pas été acceptées. 

C’est la blessure du rejet qui fait que la personne se sent souvent rejetée, c’est la blessure d’abandon qui fait que la personne supporte difficilement d’être seule avec elle-même, c’est la blessure d’humiliation qui fait que la personne ne connaît pas ses propres besoins, c’est la blessure de trahison qui fait que la personne ne fait pas confiance aux autres et qu’elle ne délègue pas et c’est la blessure d’injustice qui fait que la personne est très exigeante, ne se pose pas de limites, pas l’hypersensibilité. Cette liste est limitée à un exemple par blessure, mais il y en a beaucoup d’autres, néanmoins il est important de ne pas confondre les blessures et hypersensibilité. D’où l’importance de connaître notre fonctionnement.

Pourquoi y a-t-il souvent une confusion ?

 Il y a très souvent une confusion parce qu’on porte tous plusieurs blessures émotionnelle, pas besoin d’être hypersensible pour cela et on trouve un grand nombre de personnes hypersensibles qui portent de nombreuses blessures émotionnelles. Et, c’est comme si les personnes hypersensibles portaient davantage de blessures émotionnelles que les autres.  Il est évident aussi que l’hypersensibilité interagit fortement avec ces blessures, mais encore une fois les blessures émotionnelles ne sont pas l’hypersensibilité.

Il est donc essentiel de faire la distinction entre blessures de l’âme et hypersensibilité.

Comment faire la distinction ?

Pour faire la distinction, ils est important de bien s’informer à la fois sur l’hypersensibilité, mais aussi sur les blessures émotionnelles, prendre le temps de lire, à la fois des témoignages, mais aussi des ouvrages plus didactiques.

De plus c’est un peu, l’arbre qui cache la forêt, les blessures émotionnelles cache souvent une hypersensibilité.


Quoi faire ensuite ?

 Il y aura plusieurs axes de travail thérapeutique :

  • Régulation de la sensibilité émotionnelle et cognitive
  • Traiter les blessures émotionnelles
  • Travailler l’écologie personnelle

Cela peut inclure la recherche de soutien auprès d’un professionnel de la santé mentale qui connaît précisément l’hypersensibilité, les blessures émotionnelles, les techniques de régulation émotionnelle, l’observation et la mise en place d’éléments d’écologie personnelle avec patience et persévérance et aussi un accompagnement systémique et stratégie pour ne pas passer à côté de l’éventualité d’un ou plusieurs éléments perturbateurs dans l’environnement.

La connaissance des différentes notions permet d’y voir plus clair. 

                                       Charlotte Wils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut